CERIUM - Centre d'études et de recherches internationales

LES NOUVEAUX AXES DE RECHERCHE

Lors de la création du CÉRIUM, six grands axes de recherche avaient été proposés et définis en fonction des champs d’intérêt des chercheurs et des financements qui avaient déjà été obtenus. Or, bien qu’il fût alors trop tôt pour déterminer avec précision les principaux domaines de recherche que les chercheurs et les unités du Centre investiraient avec le temps, il est possible, cinq ans plus tard, de circonscrire ces zones d’intérêts avec plus de rigueur. La révision des axes de recherche vise, en un sens, à préciser l’identité scientifique du Centre tout en conservant la substance intellectuelle de ses unités. Ainsi, tel que mentionné plus haut, et tel que convenu lors des rencontres entre le directeur scientifique du Centre et les directeurs et directrices des unités, les six axes de recherche ont été condensés en trois axes principaux. Dans chacun des cas, il s’agit d’interroger les phénomènes décrits à la fois dans une optique contemporaine et actuelle, mais aussi avec un regard historique s’inscrivant dans une trajectoire d’un temps plus long. Ainsi, l’approche par l’histoire des questions internationales est synchronique et diachronique.

1. GOUVERNANCE, ÉTAT DE DROIT ET SÉCURITÉ

L’idée de fonder un ordre international qui soit normatif, démocratique et sécuritaire place la question de la gouvernance au coeur des relations internationales. En effet, le raffinement et la promotion des notions que sont les droits de l’homme, l’État de droit ou la sécurité humaine traduisent une volonté internationale de remettre en question certains mécanismes de gouvernance qu’il convient d’étudier sous plusieurs aspects. L’émergence d’un certain nombre de menaces à la paix et à la sécurité, que ce soit le terrorisme transnational, le réchauffement climatique ou les phénomènes épidémiologiques, représente des défis importants pour l’État qui doit, pour les relever, adapter sa façon de gouverner et d’interagir avec les autres acteurs internationaux et transnationaux. Les mécanismes de défense nationale, la gestion des conflits interétatiques et les modes d’interventions internationales sont également au cœur des réflexions géostratégiques menées par certaines unités du CÉRIUM. Bien que ce premier axe soit orienté sur des problématiques qui sont davantage politiques et juridiques, les expertises de chercheurs oeuvrant dans d’autres domaines et champs d’études seront également mobilisées afin de contribuer à la recherche sur les phénomènes de ce triptyque. C’est donc de manière transdisciplinaire que seront étudiées les différentes questions relatives, entre autres, à l’évolution des modes de gouvernance aux niveaux nationaux et internationaux, aux différents processus de légitimation des pouvoirs gouvernementaux et non-gouvernementaux, à l’élaboration de politiques publiques, à l’émergence de nouvelles menaces et aux processus de sécurisation de celles-ci.

2. GLOBALISATION ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

L’accélération du processus de globalisation et l’effort de développement économique à l’échelle internationale sont deux phénomènes qui sont intrinsèquement liés et qu’il convient donc d’étudier de façon conjointe. La crise financière des dernières années et le ralentissement économique qui s’ensuivit au niveau mondial ont permis de confirmer l’interdépendance des nations au plan du développement et de la croissance économique. Les modes de gestion et de prévention de crises financières et les stratégies de développement économique sont ainsi des domaines de recherches et d’études qui revêtent une importance capitale à l’époque contemporaine. Cependant, même si ces problématiques font avant tout appel à la discipline économique, l’introduction de variables relevant d’autres disciplines est nécessaire à leur compréhension et à leur résolution. Le développement durable, par exemple, reste au coeur des préoccupations liées aux processus d’industrialisation qui émergent dans certaines régions du monde. Des considérations d’ordre politique sont également à prendre en compte en abordant des questions comme l’émergence de puissances économiques non étatiques, telles les firmes multinationales, qui ont un rôle important à jouer dans un contexte de développement. De plus, comme le développement économique peut également avoir une incidence au niveau de l’éducation, de la santé, de l’habitation et des technologies, ces divers champs sociaux doivent être également pris en compte. Ainsi, le CÉRIUM se propose d’aborder les phénomènes de la globalisation et du développement économique comme le catalyseur de changements profonds qui se manifestent dans différentes sphères de l’activité humaine.

3. PLURALISME CULTUREL, SOCIÉTÉ CIVILE ET CITOYENNETÉ

L’émergence de la société civile est une des manifestations premières de la mondialisation et de l’essor de nouvelles technologies en matière de communication. Composée d’une pluralité de communautés culturelles qui ne suivent pas nécessairement les lignes de fractures posées par les États, la société civile globale est un acteur déterminant dans la conduite des affaires internationales. Elle peut se mobiliser et formuler des demandes qui lient l’ensemble de la société humaine au-delà des préoccupations et des identités nationales. De plus, la montée des pluralismes culturels constitue un défi de taille pour les États démocratiques contemporains qui devront accommoder et accorder des idées, des opinions et des pratiques qui ne sont pas toujours compatibles. Dans un contexte de mondialisation, les questions relatives à la citoyenneté, à la formulation d’appartenances nationales et à la notion de cosmopolitisme apparaissent donc comme d’incontournables champs de recherches qu’il est nécessaire d’investir. Les phénomènes de métissage, la création de nouveaux pôles identitaires, les flux migratoires les échanges culturels sont ainsi autant de thèmes que des disciplines comme l’anthropologie et l’ethnologie s’affaireront de détailler et d’étudier. Le CÉRIUM se propose donc d’étudier certains phénomènes internationaux en mettant l’accent sur la « dimension humaine » que ceux-ci peuvent comporter et en considérant la société civile mondiale comme un acteur pluriel et hétérogène mais influant.

  • u_logo
Accueil du site  -   Partenaires